Conseils motoDébuter la moto

POURQUOI LES PILOTES MOTO SORTENT-ILS LE GENOU ?

POURQUOI-LES-PILOTES-MOTO-SORTENT-ILS-LE-GENOU

Lorsque j’avais tout juste 18 ans et aucune expérience, mes potes et moi avions la chance de rouler sur de magnifiques sportives : Triumph Daytona 675, Yamaha R6, Honda CBR 600 RR, Suzuki GSXR 600, Kawasaki ZX6R et Z750.

Toujours ensemble, notre défi quotidien était de faire des allers-retours depuis un col, le plus vite possible, chrono en main. Disons que cette période de ma jeunesse correspond à ce qu’on peut appeler la “kéké attitude”. Si je n’en suis pas fière, j’en tire aujourd’hui de bonnes leçons. J’imagine que certains d’entre vous se reconnaîtront dans cette expérience, tant il est commun de débuter de la sorte.

Pourquoi vous raconter tout ça ? Pour en venir aux 2 catégories de motards qui posent le genou :

Le premier, celui qui fait genre. Celui qui veut se la jouer. Il y a d’ailleurs de fortes chances qu’il ait frotté ses sliders sur un mur, car personne ne l’a jamais vu en action. 😉

Le second, le pilote. Le motard qui, s’il ne posait pas son genou au sol, serait vraiment par terre !

Mais alors pourquoi et à quoi cela sert-il de poser ce satané genou ?!

Tu te rappelles sûrement tes premiers tours de roue, j’en suis persuadée. Le premier virage lent avec les pieds par terre, où tu braques à fond le guidon (je passe la partie où tu perds l’équilibre…). Ou encore le premier virage à vitesse modérée, tu te demandes encore d’ailleurs comment tu as fait pour réussir à suivre la route !

C’est alors que tu commences à comprendre qu’en roulant tu fais naturellement ce qu’on appelle du contre-braquage pour prendre un virage.

Le contre-baquage c’est le fait de pousser le guidon du côté où le virage va tourner, exemple : virage à gauche, je pousse donc le guidon de la main gauche. C’est bizarre au début mais en général tu t’y fais vite et tu prends confiance en toi, en ta moto et en tes pneus.

Quelques semaines plus tard, tu arrives dans ce fameux virage que tu connais bien, bien plus motivé qu’avant : tu te reconnais un peu n’est-ce pas ? C’est alors que tu commences à te rendre compte que la moto penche plutôt pas mal et qu’en fait ça tient !

Puis tu fais une découverte non négligeable : tu remarques l’usure du pneu, ce qu’on appelle la « bande de peur ».

Ça te parle ? Je ne t’apprendrai donc pas que la fierté de certains motards se mesure à la bande de peur de leur pneu arrière !  Si la bande de peur ne te dit rien, jette un coup d’œil à l’image :

Bande de peur

Cette bande te montre la marge qu’il te reste, laquelle te dit que tu pourrais pencher encore plus. ATTENTION ! Je ne vais sûrement pas t’apprendre que tu joues avec le feu si tu veux complètement l’effacer… Tu risques un magnifique high side, que tu auras peut-être la chance de rattraper…

Le high side

Le high side est l’effet que donne le pneu arrière qui décroche de son grip et qui recroche. Ça crée une sorte d’onde de choc qui est propulsée de l’arrière de la moto vers l’avant, en passant par ton corps. Je peux t’assurer que si tu arrives à rester sur ta moto sans tomber, ce n’est que de la chance !


Démonstration d’un high side par le regretté Nicky Hayden  

Plus tu t’approches de la partie extérieure du pneu, plus ta moto est à l’horizontale lors de tes virages, plus tu prends le risque que ton pneu décroche ! C’est juste une question de physique et de centre de gravité : tu es en ligne droite, le poids de ta moto est perpendiculaire au bitume. Ça tiendrait même sur une patinoire. Tu penches, (non, c’est malheureux mais la route ne te suit pas,) c’est ton pneu qui prend le relai et qui doit tenir sur le bitume et « crocher » à cause de l’angle qu’il y a entre ta moto et la route. Je ne te parle pas encore du peu de grip qu’offre un pneu route qui n’est pas forcément fait pour ça, ou encore du fait que cette partie du pneu est très peu utilisée et amasse donc un tas de poussières très malveillantes…

Pour résumer, plus tu vas vite plus tu penches dans ton virage. Mais comment fait alors le motard qui vient de te dépasser en plein virage, et deux fois plus vite que toi, tout en étant propre et sans tomber ?

Se déhancher en moto

C’est simple, il redresse sa moto en sortant son corps ainsi que son genou. C’est ce qu’on appelle déhancher, ce qui sert à repousser au maximum sa moto vers le haut et déplacer son centre de gravité pour la garder le plus perpendiculaire possible du sol, offrant ainsi un meilleur grip du pneu, plus de sécurité et plus de vitesse.

Exemple flagrant : Jusqu’où crois-tu que ce motard va pouvoir pencher dans cette position sans faire un joli high side ? (Voir illustration). La poussée du poids total est ici totalement dans l’alignement motard-moto et il faut vraiment un très bon pneu dans de bonnes conditions pour que ça tienne jusqu’à un certain angle sans décrocher.

En voici un qui exagère un petit chouillat 😉
Bel exemple du talentueux Marc Marquez

En ce qui concerne le circuit la théorie est la même, sauf qu’on ne parle absolument pas du même grip. On ne peut pas comparer le bitume route / bitume circuit et les pneus route / pneus circuit. Mais tu peux bien constater sur cette image, que si Monsieur Marquez était resté figé dans l’alignement de sa moto, cette dernière devrait être encore plus penchée, ce qui est physiquement impossible. Enfin si, mais on la verrait dériver dans le bac !

Tu sais maintenant théoriquement ce qu’il faut faire pour prendre de la vitesse dans ton virage sans risque.

Comment le faire ? Voici un sujet développé dans un autre article ! ✌


Laisser un commentaire