Bien s'équiperCarnet de bord

1000 bornes à moto en Lozère – Partie II

100-bornes-en-lozere-partie-2 copie

Si tu as lu la première partie de mon article, tu es au fait de la préparation de notre road trip en Lozère. Entrons maintenant dans le vif du sujet !

Récit de voyage à moto

Jour 1 : 275 km – de Aubagne à Saint Julien les Points

Départ de la maison dans la matinée. Pour arriver dans les Cévennes sans trop se faire ch*** sur de l’autoroute, nous sommes passés par les nationales du Luberon et les Alpilles.

Arrivés à Anduze (1) aux portes des Cévennes en début d’après-midi sous un soleil de plomb nous décidons de visiter la bambouseraie, à l’ombre : insolite et reposante. Nous en profitons aussi pour sauter à bord du pittoresque Train à vapeur des Cévennes qui parcours la vallée entre Anduze et Saint Jean du Gard.

En fin d’après-midi, nous arrivons à notre premier gîte à Saint Julien les Points (2) : le relai motard Cévenol.

Un accueil chaleureux et généreux par Alain et sa compagne, un repas fait maison avec de bons produits régionaux, une chambre insolite dans une roulote, l’accès au SPA inclus. Vraiment une super étape que l’on recommande !

Jour 2 : 144 km –  de Saint Julien les Points vers Vebron

Sur les conseils d’Alain notre hôte, nous empruntons des petites routes cévenoles pour nous rendre Vallon du Villaret (1), parc de loisir art et nature. 

Après la visite du parc, retour par les petites routes sur Florac en passant par la cascade de Rûnes (2). Notre 2ème gîte “Ma cabane en Lozère“, le plus insolite, se situait à Vebron (3), au pied des étoiles… Une chambre et sa salle de bain privative à flanc de falaise dans une pyramide en verre pour pouvoir observer un des plus beaux ciels étoilés de France. Ambiance romantique assurée !

Manque de bol cette nuit-là il a fait nuageux nous n’avons pas vu beaucoup d’étoiles. Mais l’endroit, l’accueil et le repas ont été au top ! 

Jour 3 :  118 km – de Vebron à Laval du Tarn

Après avoir eu du mal à décoller de cet endroit magique, avec petit-déjeuner en compagnie des rapaces, nous reprenons nos montures pour aller jusqu’au mont Aigoual (1), sommet culminant à 1565m, limitrophe entre le Gard et la Lozère qui possède un observatoire météorologique. On s’y rend en passant par des chemins et DFCI, histoire de vérifier l’âme de trails et de baroudeuses de nos Transalp.

Même en ayant des pneus pas tout à fait adaptés à la discipline, nos belles sont fun à conduire en off-road ! 

Une fois à l’observatoire du mont Aigoual, la température baisse drastiquement à cause du vent. C’est là que nous avons regretté de ne pas avoir emporté un peu plus d’équipements chauds. Mais le panorama est grandiose et, à la vue des nombreux cyclistes faisant la queue au resto panoramique, ce lieu est également une étape obligatoire pour les amateurs à pédales ! 

Quelques virages plus tard, en redescendant du mont, nous entrons dans le parc régional des Grandes Causses et nous arrêtons pour visiter l’abime de Bramabiaux (2), une grotte souterraine d’où resurgit une rivière souterraine, bien aménagée pour le public. Notre guide, passionné de géologie, nous transmet en nous guidant dans ce labyrinthe tout un tas d’informations intéressantes sur le sujet. On y voit même des empreintes de dinosaures à l’intérieur !

Le reste de la journée est consacré ensuite à découvrir et enrouler dans les gorges de la Jonte (3) puis du Tarn (4) jusqu’à Sainte Enimie (5). Des paysages et des falaises sublimes, surveillés par des vautours et rapaces protégés.

Jour 4 : 183 km – de Laval du Tarn à Florac

Nous décidons en ce quatrième jour d’aller observer les bisons d’Europe dans leur réserve naturelle à Sainte Eulalie (1), tout au nord de la Lozère, dans la région de la Margeride. Parc animalier créé dans les années 1920 avec la Pologne pour sauver cette espèce au bord de la disparition. Les guides proposent d’agréables visites en calèche (ou en traineau à neige l’hiver) pour moins déranger les bisons et sont également des soigneurs passionnés ! 

Retour à Florac en repassant par Sainte Enimie (2) pour profiter à nouveau de la route dans les gorges du Tarn. On ne se lasse pas des virages sur ces routes, qui plus est, sont en général en excellent état !

Notre dernier gîte “Les 3 mésanges” est situé à flanc de falaise dans un minuscule hameau plein de charme (Croupillac) et au calme, non loin de Florac (3). Fabrice, notre hôte, fait maison de succulentes confitures et jus de fruit.

Jour 5 : 322 km – de Florac à Aubagne

Direction la Malène pour une descente en canoë d’une partie des gorges du Tarn dans la matinée. Avant cela, nous traversons le plateau du Causse Méjean (entre les gorges du Tarn et de la Jonte), paysage complétement différent, ressemblant aux steppes de Mongolie. C’est ici qu’un refuge/réserve a été créé pour la préservation et reproduction des chevaux sauvages de Przewalski, qui sont ensuite réintroduits dans les steppes d’Asie centrale.

Nous passons la fin de la matinée à pagayer sur notre canoë de location, sur les eaux limpides du Tarn, ou les truites fario prolifèrent. Un parcours accessible à tous et idyllique. Un minibus nous remonte à notre point de départ après 2h30 de décente. 

Il est maintenant temps de prendre la direction du retour à la maison… 🙁

Nous retournons à Anduze par la fameuse « Corniche des Cévennes », jalonnée de nombreux points de vue et sur laquelle nous croisons pal mal de collègues motards !

Puis autoroute jusqu’à la maison. Bien triste après tous ces virages mais quand même plus rapide pour rentrer en étant un peu fatigués !

Au final, 5 jours de paysages magnifiques, d’activités variées, de calme et tranquillité, de belles routes à virages, de gîtes de charme et de nourriture locale savoureuse : un cocktail réussi pour déconnecter et nous laisser l’envie de revenir un jour !

Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire