Conseils motoEntretien moto

Bien vendre sa moto

couverture-bien-vendre-sa-moto

Que ce soit parce que tu as le projet de changer de monture, parce que tu déménages, que tu as un autre projet à financer ou que tu doives faire de la place dans le garage pour investir dans le monospace… La vente de ta moto demande de suivre quelques règles pour qu’elle se passe au mieux ! Je te propose d’en faire le tour dans cet article ! 

Comment la vendre

Pour faire simple, tu as deux solutions pour vendre, soit tu fais ta petite annonce et tu t’occupes de tout « de particulier à particulier », soit tu mets ta moto en dépôt-vente chez ton concessionnaire qui s’occupera de tout ! Bien évidemment, ton concessionnaire n’est pas un philanthrope et t’allègera au passage de 10 à 20% du prix de la vente. A toi donc de voir si tu as le temps de t’occuper de la vente ou si tu préfères perdre un peu d’argent mais laisser quelqu’un d’autre le faire pour toi. Si tu choisis cette deuxième option, tu peux arrêter de lire cet article et appeler ton concessionnaire afin de te mettre d’accord sur le fameux pourcentage. Si tu veux t’occuper de la vente toi-même, je t’invite à continuer ta lecture !

Bien rédiger ton annonce

La vente de ta moto commence par là ! Rédige une annonce précise et complète. Mets un titre précisant la marque, le modèle, l’année et éventuellement son état si il est excellent. Dans l’annonce, essaie de décrire au maximum ta moto, cela montrera ton sérieux et si tu n’es pas le roi de l’orthographe, fais relire ton annonce par quelqu’un qui sait ce qu’est un Bescherelle ! Rien de pire que de devoir lire trois fois une ligne pour en comprendre le sens du genre (annonce réelle) :

Tu as abandonné la lecture de cette annonce à la deuxième ligne tellement tu avais mal aux yeux ? Tu sais donc ce que tu dois faire pour garder tout l’attention d’un potentiel acheteur !

Et voilà ce que doit indiquer ton annonce (si possible avec des retours à la ligne) :

  • La marque, le modèle, la cylindrée
  • Le kilométrage (si tu roules encore jusqu’à sa vente, précise que le kilométrage est évolutif)
  • Le mois et l’année de mise en circulation
  • Première main, deuxième main… si la CG est à ton nom
  • Première main, deuxième main… si la CG est à ton nom
  • L’état de la moto, son utilisation (travail, balade, piste occasionnelle), son stockage (dort dans un garage), le soin apporté à la mécanique (moteur toujours chauffé avant de partir, pas de stunt…)
  • L’état des consommables : pneus, plaquettes si tu ne les changes pas pour la vente
  • Les équipements neufs (pneus, kit chaîne, plaquettes de freins…)
  • Les accessoires ou les équipements optionnels que tu as ajouté (top case, saute-vent, bulle haute, selle confort, sacoches, leviers…)
  • Les derniers entretiens faits avant la vente (vidange, purge de freins, jeux aux soupapes…) et si les entretiens courants ont été faits (en concessions ou non)
  • Si tu possèdes le carnet d’entretien, les factures, le double des clés (plus clé de codage ou clé rouge)
  • La localisation du bien
  • N° de téléphone
  • Adresse mail
  • Des mots clés : à toi de voir si tu veux mettre le nom de tous les modèles équivalents au tiens, l’intérêt des mots clés réside aussi dans le fait d’écrire le nom de ton modèle de différentes manières comme par exemple : CBR 600 RR et CBR600RR pour s’assurer qu’un potentiel acheteur tombe dessus. Ou alors tu peux faire en sorte de l’écrire plusieurs fois différemment dans ton annonce.
  • Et bien sûr le prix !

Un des points les plus importants est de proposer ta moto au juste prix. Pour ne pas surévaluer ou sous-évaluer la valeur de ta monture, le meilleur moyen est de se référer à la cote moto de l’occasion. Cette dernière correspond à la valeur moyenne des ventes entre particuliers pour un modèle donné bien entretenu. Elle permet ainsi, en ajustant le montant à l’état de la machine, de se placer dans le prix du marché.

Autre astuce : lance une recherche avec les critères qui correspondent à ta moto sur des sites de vente de moto d’occasion, cela te donnera une idée du juste prix en la comparant aux mêmes modèles qui sont en vente au même moment. Si tu es pressé de vendre, propose là au prix le moins cher (même 50€ de moins que la moins chère), cela devrait en décider plus d’un !

Et ne compte pas trop sur les accessoires et autres équipements optionnels montés sur ta moto pour en gonfler le prix. Ces équipements divers t’ont peut-être couté cher, mais ne compte pas t’y retrouver à la vente. Ou alors tu les démontes et tu les vends séparément !  En fait, mieux vaut les considérer comme des aides à la vente qui feront sortir ta machine du lot.

Donc tu rédiges une annonce précise, complète et… Exacte !

Rien ne sert de mentir sur l’état ou les kilomètres de ta moto, en cas de constatation d’un vice caché l’acheteur pourra se retourner contre toi pendant deux ans à la découverte du vice, demandant au mieux le remboursement du bien, mais pouvant également intenter une action en justice. Évite également le « jamais de piste » si tes différents réseaux sociaux sont truffés de photos de toi sur les vibreurs avec la fameuse moto en vente…

Et on n’oublie pas les photos ! Prends le temps de faire de belles photos lumineuses (donc pas dans ton garage, la moto coincée entre la voiture et la pile de pneus neige) avec au moins une photo ou la moto est complètement cadrée ! L’idéal reste les photos de profil et de trois-quarts des deux côtés de la moto. Pense à cacher ta plaque soit par un chiffon soit par retouche photo. Tu as souvent le droit à 2-3 photos gratuites dans tes annonces, alors n’hésite pas car sur le Net, les annonces avec photos sont 40 fois plus consultées que les annonces sans. 

Soigner les apparences

Un acheteur craquera plus facilement pour une moto qui donne l’apparence d’avoir été bien entretenue. Évidence, mais qu’il faut parfois rappeler ! N’hésite donc pas à consacrer un peu de ton temps pour lui redonner tout son éclat et sa forme mécanique.

  • Un lavage soigné : même si son état mécanique est irréprochable, une moto sale fera fuir tes acheteurs potentiels. Et cela vaut aussi pour les motocross ! Attention, après un lavage soigné, et surtout s’il a été effectué avec un nettoyeur haute-pression, n’oublie pas de graisser la chaîne.
  • Changer les accessoires endommagés : un levier de frein (ou d’embrayage) cassé ainsi qu’un sélecteur de vitesses ou une pédale de frein arrière limés ou tordus peuvent laisser à penser que la moto a été accidentée… Même si elle n’est tombée qu’à l’arrêt. Mieux vaut changer ces accessoires pas chers plutôt que d’avoir à fournir de vaines explications. 

 Réviser la mécanique

Si tu as un acheteur consciencieux – ou qui a lu mon article sur les points à vérifier lors de l’achat d’une moto d’occasion ! 😉 il ne va pas se limiter à l’aspect brillant de tes carénages pour faire son choix ! Donc, voici les points que tu dois regarder :

  • Si la moto n’a pas tourné depuis longtemps, n’oublie pas de recharger la batterie et de vérifier la pression de tes pneus. 
  • Graisser la chaîne et vérifier son état. Donc si tu as bien suivi, tu le fais après le lavage. Elle ne doit pas présenter de points durs, sinon tu es bon pour baisser le prix de ta moto !
  • Faire la vidange et changer le filtre à huile : même si la date de la prochaine vidange est encore lointaine, c’est le genre d’entretien qui te donne du sérieux face à l’acheteur (avec les factures à l’appui bien sûr) !
  • Vérifier le freinage : avant tout l’usure des plaquettes mais aussi l’état des disques. 
  • Vérifier les pneumatiques : ne pas hésiter à changer le train de pneus s’ils sont usés à plus de 50-60 %. Si tu dis à ton acheteur que les pneus sont neufs, les plaquettes sont neuves et la vidange faite, il aura l’impression d’acheter une moto neuve, et ça peut clairement jouer en ta faveur !
  • Vérifier toutes les commandes électriques : feux de croisement et feux de route, appel de phare, clignotants, feu stop… Rien de pire que de découvrir un feu qui ne marche pas devant l’acheteur !

Bref, il faut que tu montres que tu connais bien ta moto et que tu en as pris soin, pas que tu découvres des problèmes quand l’acheteur est à tes côtés !

Les précautions à prendre

  • L’essai de la moto : libre à toi de donner ton accord pour un essai. Si tu es d’accord, dans un premier temps, il faut vérifier que ton contrat d’assurance couvre bien le prêt de la moto à un tiers. Pour l’essai, je te conseille de donner rendez-vous dans un lieu différent de celui du stationnement de ta moto afin d’éviter un simple « repérage » avant le vol de ta machine. Et si possible devant un lieu fréquenté comme un bar, ça vous donnera l’occasion de boire coup au moment de finaliser les papiers, ou alors carrément devant la gendarmerie, ça devrait échauder les plus malhonnêtes ! Le jour J, viens accompagné pour éviter les mauvaises surprises. Il faudra penser à vérifier le permis de conduire de l’acheteur et à conserver ses papiers jusqu’à son retour de l’essai. Si tu as un doute, demande lui de faire l’essai en duo en te mettant derrière lui.
  • La transaction : exige un chèque de banque. De tous les moyens de paiement, le chèque de banque est celui qui est le moins risqué. Préfère-le à un virement bancaire (ou alors il faut que ton compte soit crédité avant que l’acheteur parte avec la moto) ou à un mandat postal (ou encore pire : Western Union, qui eux-mêmes déconseillent l’utilisation de leur service de transfert d’argent dans le cadre de relations commerciales avec un inconnu). Mais attention, l’arnaque au faux chèque de banque existe aussi, d’où l’intérêt d’effectuer la transaction un jour ouvrable (et pendant les heures d’ouverture de la banque) où tu pourras téléphoner à la banque et vérifier la provenance du chèque.

Et règle d’or : dans tous les cas, ne te sépare jamais de ton véhicule avant d’avoir l’intégralité du paiement ou de t’être assuré de la solvabilité de l’acheteur ! 

Les documents nécessaires

Avant même qu’un acheteur potentiel se manifeste, il est utile de préparer tous les documents nécessaires dans le cadre de la vente. Commence donc par rassembler tous les documents relatifs à la moto comme son carnet d’entretien, sa carte grise, les factures des pièces changées et des accessoires installés, les garanties, les doubles des clés…

Pour la vente en elle-même, il faudra se munir du certificat de cession (formulaire cerfa 15776) en deux exemplaires et d’un certificat de situation administrative (ex certificat de non-gage). La demande de ce dernier est entièrement gratuite et peut-être réalisée par internet. Au moment de la vente, tu dois barrer la carte grise et y écrire la mention cédé le ou vendu le en indiquant l’heure et la date de la vente suivies de ta signature. Si vous êtes deux titulaires mentionnés sur la carte grise, les deux personnes doivent impérativement signer !

L’acheteur est parti avec ta moto ? T’as la larme à l’œil en la regardant partir et en pensant à tous les kilomètres parcourus à son bord ? N’oublie pas, passé ce moment de nostalgie, de finaliser administrativement la vente de ta moto en te rendant sur le site de l’ANTS pour déclarer la vente à l’administration. Il te faudra te connecter au site (ou ouvrir un compte si ce n’est pas déjà fait). Pour cette démarche, il faudra te munir de ton code confidentiel de carte grise, celui envoyé en même temps que ta carte grise. Si tu ne l’as plus, tu pourras en demander un nouveau mais sache que cela prend un peu de temps !

Une fois les formalités en ligne terminées, tu vas recevoir un code de cession que tu dois transmettre à l’acheteur afin que celui-ci puisse faire sa demande de carte grise en ligne et ainsi immatriculer le véhicule à son nom.  

Et on n’oublie pas de déclarer la cession à son assureur !

Bonne vente !

Lucile
Lucile
Passionnée de 2 roues depuis ma plus tendre enfance, j’ai passé mon permis gros cube à 21 ans et écumé les routes de ma Haute-Savoie natale et alentours pendant plus de 10 ans avant de me résoudre à un constat réaliste : essayer de prendre les points de corde sur route est un jeu dangereux pour lequel les cartes "chance" distribuées sont limitées... C’est ainsi que je me suis retrouvée sur piste en 2013 avec mon conjoint lui aussi passionné ! Et autant vous dire que le virus a vite pris et c'est même transformé en passion commune !!! Aujourd’hui ma pratique de la moto se limite à la piste en roulages libres et également compétitions, tout en restant une adepte du 2 roues pour les déplacements pro… Mais en scooter ! A travers mes articles, je tacherai donc de mettre à profit mes compétences de professeur (mon métier) et de motarde/pistarde au service d’articles variés pour te partager mes expériences, connaissances, conseils et astuces !
Laisser un commentaire