Bien s'équiperEquipement moto

Comment s’équiper pour la pluie en moto

banniere-blog-moto-equipement-pluie

La pluie est souvent vue comme le démon pour tout utilisateur de deux-roues. Et moi le premier. Une situation météo potentiellement dangereuse est clairement peu agréable. C’est froid et humide, mais surtout la pluie rend l’utilisation d’une moto périlleuse à cause de la diminution de l’adhérence qu’elle provoque.

Alors que tu sois derrière la fenêtre de ton salon à regarder la pluie tomber avec une furieuse envie de rouler ou que tu n’aies aucun autre moyen de transport pour aller bosser, ou encore que tu sois sur une journée de piste particulièrement humide, sache qu’il y a des solutions pour rendre ce moment plus agréable et plus sûr. Ces solutions résident dans l’équipement de ta moto et de toi-même.

Équipe ta moto

Choisis les bons pneus

Le plus important sous la pluie c’est de rouler en toute sécurité. Je ne t’apprends rien en te disant qu’une moto, avec ses deux zones de contact au sol grosses comme des cartes de crédit, ne bénéficie clairement pas du même niveau d’accroche au sol qu’une voiture. Et sous la pluie, cette faible adhérence s’amoindrit encore. Le problème, c’est qu’à l’inverse d’une voiture, lorsqu’une roue de ta moto glisse, en général, tu tombes. Et si tu ne tombes pas, tu peux au moins changer de slip. Donc pour te garantir des sous-vêtements propres et t’éviter la chute, je te conseille d’utiliser des pneus adaptés. Par adaptés, j’entends qui correspondent à ton utilisation.

Pneus pour la route

N’importe quel pneu catégorisé “route” permet de rouler plutôt sereinement sous la pluie. Il existe néanmoins chez toutes les marques des pneus plus axés à la route quotidienne et ses intempéries. Ce genre de pneu est souvent pensé avec des rainures plus adaptées à l’évacuation de l’eau et est constitué d’une gomme qui nécessite de moins chauffer pour adhérer convenablement. Si tu utilises ton deux-roues principalement de manière utilitaire, je te conseille fortement d’utiliser cette gamme de pneus. Elle se retrouve souvent sous la dénomination “hiver”.

A l’inverse, si comme moi tu finis tes pneus piste sur route, je te déconseille très fortement de prendre le guidon par temps de pluie. Ce genre de pneumatiques n’est efficace qu’après avoir bien chauffé, et sous la pluie ils resteront durs comme un Lego et tu te mettras sérieusement en danger.

Pneus pour la piste

“T’as pris les pluies ?” : cette petite phrase semble anodine mais fait trembler bon nombre de pistards lorsqu’une méchante météo montre le bout de son nez. Parce que sur piste, s’il pleut et que tu n’as pas de pneus pluie, tu peux tout remballer et rentrer. Les commissaires de piste ne te laisseront pas rentrer sur piste en pneus slicks et même s’ils te laissaient rouler, tu te retrouverais vite dans un bac à graviers. Super la journée ! Heureusement, il existe des pneus piste dédiés à la pluie et ils sont super efficaces. Avec un bon déhanché, aucun problème pour toucher le genou même sur une piste détrempée. Il existe d’ailleurs des sliders “pluie” plus épais pour faciliter la pose du genou sans mettre trop d’angle. Je me permets tout de même de te rappeler qu’il ne faut pas utiliser tes couvertures chauffantes sur ces pneus, à moins que tu ne puisses les régler à 40°C. Au delà, tu risques de les endommager. Dans le doute, ne mets rien et prends le temps de les chauffer en même temps que toi sur la piste.

Dans tous les cas, même si tu as les meilleurs pneus pluie possible, évite à tout prix de rouler sur des lignes blanches, passages piétons, vibreurs… Ces choses là sont très glissantes et ne pardonnent pas. Un passage piétons m’a valu une fracture du genou un jour alors fait attention à toi !

Je ne m’éternise pas plus sur le sujet des pneus et je t’invite à aller lire le très intéressant article de Lucile. Tu peux aussi aller faire un tour du côté de l’article de Charlotte sur le sujet : Pister sous la pluie.

Protège ta moto

Au delà de ta tenue de route, il est aussi important que ta moto fonctionne bien. Et la pluie peut avoir tout un tas d’impacts sur ta moto selon son état. Par exemple si tu as des fils de ton faisceau électrique à nu, tu risques de créer un court circuit si de l’eau se met à couler dessus. Pense à bien vérifier son état de temps en temps pour t’éviter de mauvaises surprises. D’une manière plus générale, ta moto doit pouvoir gérer une belle quantité d’eau sans s’arrêter de fonctionner.

Ensuite tu as tout un tas de cas particuliers selon le modèle de ton deux-roues. Je prends l’exemple de la Suzuki SV 650 à carbus. Ma première moto. C’est un bicylindre en V qui, en cas de pluie, pouvait avoir son puit de bougie du cylindre avant remplit d’eau. A ce moment là, la bougie de ce cylindre se noie littéralement et tu te retrouves avec un monocylindre malade et poussif…

Et des trucs bizarres dans ce style tu en trouves sur plein de motos, donc renseigne toi bien sur les potentielles faiblesses de ta moto en cas de pluie pour t’éviter des galères inutiles. Voire même des situations dangereuses comme j’ai pu le vivre avec un shifter qui se met en défaut et qui empêche l’allumage des bougies. Ça m’est arrivé sur l’autoroute en plein dépassement d’un camion et quand à ce moment là ton moteur s’arrête sans pouvoir redémarrer, et bien tu serres les fesses !

Équipe-toi

Maintenant que ton deux-roues tient la route et que tu as tout fait pour lui éviter une panne, il est aussi important de faire en sorte que la moto reste un plaisir. Et en cas de pluie, je doute que tu sois spécialement ravi(e) à l’idée de te faire tremper de la tête aux pieds. Surtout que si tu ne peux pas te changer après avoir roulé, baigner dans des bottes devenues piscines en ayant le corps trempé jusqu’aux os est le meilleur moyen de finir malade. Heureusement pour toi, j’ai des solutions à te proposer.

Ajoute une couche : les équipements pluie

Le moyen le plus simple pour t’éviter d’être complètement trempé est d’acquérir des “sur-équipements”. Sur-veste, sur-pantalon, sur-gants, sur-bottes. Ces éléments sont généralement peu onéreux et très peu encombrant. Ils sont fait en nylon, matière étanche et légère qui saura te garder au sec et possèdent des coutures soudées, pour éviter toute infiltration. Super pratique si tu pars rouler avec une météo incertaine. Tu gardes ces équipements de pluie dans ton sac à dos et tu les sors uniquement en cas de besoin.

Pour les pistards, il existe aussi des sur-combinaisons ou sur-vestes en matière PVC transparente. Idéales pour garder un certain style en toutes circonstances et continuer d’afficher tes sponsors.

Sinon tu peux aussi opter pour le système D, en utilisant un sac poubelle avec des trous pour les bras. Je n’ai jamais essayé mais je crois que ce n’est pas très efficace…

Équipement moto spécial pluie

Plus cher mais aussi plus adapté à une conduite fréquente sous des intempéries, tu peux opter pour de l’équipement spécifique. J’entends par là, veste moto, pantalon, bottes et gants faits pour la pluie. Ils seront conçu pour éviter les infiltrations d’eau, généralement en matière Gore-Tex imperméable mais laissant tout de même passer les vapeurs d’eau et donc respirante.

Cet équipement t’évitera de te retrouver complètement trempé de sueur sous ton équipement de pluie comme peut le faire un K-way. On le retrouve généralement sous la dénomination “équipement hiver”.

Il existe aussi de l’équipement qui se monte sur le deux-roues, le tablier moto, qui est comme une jupe sous laquelle tu peux glisser tes jambes et y rester au sec. On voit d’ailleurs souvent ce genre d’équipement sur les scooters.

Les accessoires indispensables pour le motard

Avec les équipements précédents tu as normalement bien protégé ton corps. Mais au dessus il reste ta tête. Le casque en lui même est normalement plutôt efficace pour garder la tête au sec. Par contre entre ton casque et ta veste je te conseille vivement d’y mettre un tour de cou ou une cagoule. Déjà pour rester au chaud et ne pas te faire un torticolis à cause du froid, mais aussi pour éviter que les projections d’eau ne s’infiltrent par là. Et rien de plus désagréable que d’avoir de l’eau qui te coule dans le dos après être passée par ton cou, parole de Franc-Comtois.

Dernier élément non négligeable, la visière. Avec la pluie, ta visière va se remplir de buée et tu n’y verras plus rien. Tu auras donc pour réflexe de l’ouvrir, pour te retrouver avec plein d’eau dans les yeux. Tu imagines bien que ce n’est pas des plus sécurisant ni même agréable. Pour t’éviter cette déconvenue, le pinlock sera ton meilleur ami. C’est un petit film qui s’installe à l’intérieur de ta visière, créant un espace d’air isolant entre l’extérieur et l’intérieur de ta visière. Il permet d’annuler l’effet de buée ou de le diminuer grandement.

Petit point scientifique, la buée est de la condensation, qui se crée sur une surface froide dans un environnement chaud, et qui est amplifié si cet environnement chaud est humide. C’est ce qu’il se passe quand tu sors une bouteille très froide du frigo en été, elle se retrouve très vite pleine de condensation. Et dans ton casque il se passe la même chose entre l’air chaud et humide dans ton casque et ta visière refroidie par les intempéries.

Hélas dans certains cas extrêmes, ou si tu n’as pas de pinlock sous la main, tu peux t’aider d’un dispositif de très haute technologie : le collier de serrage en plastique (ou rilsan voire serflex). Tu en installes un ou deux autour de la mentonnière de ton casque, empêchant ta visière de se fermer complètement. En faisant ça, l’air frais extérieur entrera aussi dans ton casque et l’air chaud qui sort de ta bouche pourra en sortir. Tu diminues donc l’écart de température entre l’extérieur et l’intérieur de ton casque, diminuant l’effet de condensation sur ta visière.

Prêt à affronter la tempête

Maintenant que tu sais comment t’équiper pour rouler sous la pluie, fais-toi plaisir. N’oublie pas de rester prudent car même en étant bien équipé et en faisant attention, une route mouillée reste glissante et donc dangereuse.

Pense aussi qu’après avoir roulé sous la pluie, tu auras certainement besoin de revoir le graissage de ta chaîne. Je t’invite à aller lire mon article sur le sujet pour en savoir plus.

Peut-être que ta moto aura aussi besoin d’un bon nettoyage, voilà un sujet que nous développerons dans un nouvel article ! 😉

Bastien
Bastien
Je roule en deux-roues depuis bientôt 10 ans, d’abord sur les routes de ma Franche Comté natale puis sur celles de la région d’Aix-en-Provence où je vis depuis 2012. C'est au détour du meilleur cadeau d'anniversaire de tous les temps que j'ai découvert la piste et que j'en suis devenu accro ! Après avoir progressé suite à des dizaines de journées de roulage, des coachings et des baptêmes, j’ai décidé de me lancer dans la compétition pour la saison 2019. Ingénieur en informatique dans la vie de tous les jours, mais aussi boxeur, snowboardeur, peintre, fasciné par la photographie et l’astronomie, je suis avant tout un motard qui aime relever les défis. Et c’est par l’intermédiaire de mes articles que je compte vous transmettre des astuces, conseils, tutos et partager avec vous les expériences du motard et pistard que je suis.
Laisser un commentaire