debuter-lenduro-avec-charlotte 2

Hello !

Aujourd’hui on va se diversifier un peu dans les disciplines deux-roues et se pencher sur une « nouvelle » activité, pas encore abordée dans nos articles précédents : l’Enduro.

C’est une discipline que j’ai commencé à pratiquer il y a 1 an environ, qui m’a beaucoup plu et apporté, alors j’aimerais t’en toucher deux mots !

Qu’est-ce que l’enduro ?

Il s’agit d’une des trois disciplines de la moto « tout-terrain » avec le Motocross et le Trial. C’est une discipline qui génère beaucoup d’engouement parmi les français à en compter le nombre de licenciés !

L’enduro se pratique en pleine nature et permet de découvrir de superbes coins et paysages, si on prend la peine de s’arrêter et faire des pauses de temps en temps ! On peut le pratiquer comme un loisir ou même en randonnée. Bien sûr, pour la plupart d’entre nous, on associe souvent l’enduro à la compétition. Des manifestations spectaculaires comme le récent Enduropale du Touquet, ou l’Alèstrem contribuent à l’image de ce sport. 

L’enduro est une discipline assez spectaculaire où les chutes sont fréquentes. Il faut aimer la boue et le côté tout-terrain de ce sport par rapport à la moto de vitesse qui fait bien sage en comparaison !

L’enduro : pour qui ?

L’enduro est une discipline tout public, on y retrouve des pratiquants jeunes, avides de sensations fortes mais aussi des anciens qui en ont eu assez de la route ou du circuit.

La condition indispensable pour s’y mettre : posséder le permis moto (permis A ou A2 pour les 125 cc) !

Pour débuter, je te conseille de ne pas pratiquer seul. On a vite besoin d’un coup de main pour relever la moto, la sortir d’un buisson ou d’une mauvaise passe !
Trouve des copains motivés pour sortir avec toi. Si tu n’as pas de connaissances enduristes, il existe des groupes sur les réseaux sociaux dédiés à la discipline et probablement proches de ton lieu de domicile. Tu pourras y rencontrer des passionnés avec qui partager, échanger et pratiquer.

Il y a également de nombreux clubs tout terrain qui organisent des sorties et des randonnées tout au long de l’année. N’hésite pas à te mettre en relation avec eux.

Avant chaque sortie, mettez-vous d’accord sur un itinéraire, un niveau de difficulté, emportez quelques outils, pièces de rechanges (leviers, cale pied) et surtout de l’EAU ! Un sac à dos de type Camel back est l’idéal.

Mon avis : prend le temps de progresser à ton rythme et d’acquérir de la technique (pour le franchissement surtout), extrêmement importante dans cette discipline. Pas de prise de risques inutiles en surestimant ton niveau, ça t’évitera des blessures et frayeurs !

Où et quand ?

Théoriquement, l’enduro peut se pratiquer toute l’année. Cependant, l’été n’est vraiment pas la meilleure période. En effet, plusieurs raisons :

  • Il fait trop chaud, trop soif !
  • Les sols sont secs, peu adhérents et soulèvent beaucoup de poussière  
  • Les massifs forestiers peuvent être restreints ou fermés pour risques d’incendies
  • Il y a beaucoup de promeneurs, randonneurs, VTTistes, etc. sur les chemins et sentiers

L’enduro se pratique donc plutôt durant les saisons fraiches : automne/hiver/ début du printemps. Ce qui, tu l’auras compris, est donc assez complémentaire avec la pratique de la moto de route ou piste (où l’on met en général la moto en stand-by l’hiver).

Assure-toi que les endroits que tu vas traverser sont autorisés (ou alors roule très vite et sans t’arrêter 😉 et respecte avant tout : 

  • Les autres usagers des sentiers et chemins : les promeneurs, chasseurs, VTTistes… Ralentis à leur abord, voire coupe ton moteur, salue-les de la main ou de la tête. Les sports motorisés n’ont pas vraiment la côte parmi les piétons et cyclistes (on nous accuse très souvent de polluer et faire du bruit) alors il ne tient qu’à nous d’aider à changer ces mentalités en étant respectueux. 
  • La nature : on ne laisse pas de déchets sur notre passage, on évite de labourer les champs de fleurs sauvages ou les jardins potagers des voisins, on ne vidange pas dans la colline, etc. Pas impossible non plus de croiser une famille de sangliers au cours de vos sorties ! 😉

Sache aussi qu’il existe des domaines privés dédiés aux sports mécaniques où tu pourras, moyennant quelques euros le droit d’entrée, t’entrainer en tout sérénité et légalité. Les différents parcours et modules sont adaptés à différents niveaux, parfait pour progresser !
Par exemple, l’espace Boade dans les Alpes de Haute Provence ou le domaine du Sigalous dans le Var.

Quelle moto pour débuter l’enduro ?

Les motos pour pratiquer l’enduro sont assez proches des motos de cross, en terme d’aspect extérieur pour commencer : une moto légère avec une selle haute, sur laquelle on se tient relativement droit, un guidon large, etc.
Mais les enduros sont plus polyvalentes : les suspensions sont en général plus souples qu’en cross et les pneumatiques différents également : plus adaptés aux terrains accidentés et boueux. On a besoin de plus d’adhérence en enduro et de gros crampons pour évacuer la boue.

Le moteur est également plus souple avec une boite de vitesse étagée différemment : un premier rapport court pour le franchissement et un dernier long pour la vitesse de pointe.

La motorisation fait généralement appel à un monocylindre à refroidissement liquide. On distingue cependant 2 grosses familles de motos parmi les enduros :

  • Les 2 temps, de 125 à 300 cm3 dont il faudra ajouter à l’essence, un mélange huile pour 2T à hauteur de 2%.
  • Les 4 temps, de 250 à 650 cm3, fonctionnant avec de l’essence classique

Les motos d’enduro sont aussi autorisées à rouler sur la route si elles respectent l’homologation : immatriculation, éclairage, assurance, carte grise et permis ! Tu seras alors soumis aux règles de la circulation routière publique classiques.

Mon avis : les moteurs 4T sont en général plus souples et plus cool pour débuter mais moins adaptés à faire du franchissement. Aussi, pour commencer, pas besoin d’une cylindrée énorme, tu verras que les « petites » ont quand même beaucoup de pêche !

Ci-dessus, mon GasGas 300 EC de 2005, moteur 2T et moto solide, parfait pour débuter !

Et l’équipement pour le pilote ?

Pour le pilote aussi, la pratique de l’enduro implique un équipement totalement différent. Notamment pour être protégé face aux projections de cailloux, aux giclées de boue, lors de chutes, etc.
Je te détaillerai l’équipement spécifique nécessaire dans un autre article, très prochainement. 😉

Pour terminer, j’aimerais te dire que la pratique de l’enduro m’a fait beaucoup progresser sur mon pilotage moto : utilisation du frein arrière, gestion de la glisse, gestion de l’équilibre debout sur la moto, etc. Elle permet aussi de garder une bonne condition physique car cette discipline est assez exigeante pour le corps.

Allez gazzzzz !

Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.
Laisser un commentaire