Bien s'équiperEquipement moto

Dossier sur l’airbag moto, partie 2 : c’est la révolution !

Airbags_6

C’est parti pour la deuxième moitié de notre dossier sur l’airbag moto, le sujet du moment dans le domaine des équipements ! Maintenant que l’on a vu dans la partie 1 la guerre qui se livre sur le marché avec une offre variée et beaucoup de concurrence, l’actualité amène une autre question : c’est qui le petit nouveau qui fait tant parler de lui ? Un pavé vient en effet d’être jeté dans la mare : l’arrivée à la rentrée de septembre de l’IX-Airbag U03, une nouvelle génération d’airbag moto créée par les deux marques françaises Ixon et In&Motion, pourrait bien être un tournant sur ce marché, voire une révolution !

Ixon est un fabricant d’équipement moto fondé en 1996 et basé à Macon. In&Motion est un fabriquant de technologie d’airbag créé en 2014 dans le bassin d’Annecy. Depuis qu’ils se sont rencontrés, ces deux-là ne se quittent plus et ont décidé de créer un airbag moto ensemble : Ixon s’occupe du vêtement, c’est-à-dire la partie gilet et coussin d’air, et In&Motion est en charge du boîtier d’analyse à l’intérieur du gilet.

La révolution Made in France

Depuis le début de l’année 2016, une version racing de l’airbag a été développée et portée en compétition par les pilotes équipés avec des combinaisons Ixon: les pilotes ont partagé les informations d’utilisation, faisant de ce projet un vrai laboratoire de développement pour un airbag routier. Justement, quand il était temps de passer à un modèle d’airbag routier, Ixon et In&Motion n’ont pas fait les choses à moitié : un test grandeur nature a été organisé à partir de mai 2017. Le nom de cette campagne de test ? Airbag Revolution bien sûr ! Plus de 10 000 motards de 80 pays ont candidaté et 500 d’entre eux ont été retenus pour tester l’airbag routier nommé « Smart Moto ». Parmi eux, des motards du grand public mais aussi des journalistes et des revendeurs d’équipements. L’objectif était de cumuler 1 million de kilomètres en Europe afin de maximiser la collecte de données et de peaufiner le produit final qui sera lancé sur le marché. Afin de fédérer une communauté d’utilisateurs, Ixon et In&Motion ont même organisé 14 événements dans des villes de France et quelques villes d’Europe dans les deux premiers mois de lancement de la campagne : ces rassemblements ont permis des rencontres entre les marques et les utilisateurs tests, et bien sûr entre les testeurs eux-mêmes.

Nous y voici : né sur les circuits en 2016, l’airbag Ixon et In&Motion a grandi sur la route en phase de test en 2017 et il est maintenant prêt à être commercialisé. En septembre prochain, le modèle « IX-Airbag U03 » fera son apparition et il compte bien faire un coup d’éclat. Les bagarres de cour de récré, lui il ne connaît pas : il ne cherche pas à se comparer aux autres car il s’estime meilleur que les autres. Quel est son secret ?

Nom de code : IX-Airbag U03

Ixon et In&Motion l’annoncent de manière directe dans les communiqués et les publicités : sur le maché, l’IX-Airbag U03 est le seul airbag électronique, intelligent et portable sous tous les blousons. Sur le papier, il semble donc très attirant et je vais te détailler tout ça pour en savoir plus.

Tout d’abord, le IX-Airbag U03 ne possède en effet pas de câble à relier à la moto et ne nécessite pas de capteurs à installer sur la moto : comme pour les autres airbags électroniques (autrement dit autonomes), le système complet est intégré dans la dorsale.

Ensuite, pourquoi Ixon et In&Motion parlent-ils d’un airbag intelligent ? C’est aussi dans la dorsale qu’est insérée la « In&Box », c’est-à-dire la fameuse partie intelligente : ce boîtier fabriqué par In&Motion fait office de cerveau de l’airbag. Il mesure la position et les mouvements du motard 1000 fois par seconde afin de détecter un accident et pouvoir déclencher le gonflage si nécessaire. Rien que ça ! Enfin, le boîtier collecte toutes les données d’utilisation de l’airbag et s’améliore en permanence en apprenant au fil du temps. Du machine learning dans le monde de la moto et directement sous ton blouson pour mieux te protéger, plutôt sympa, non ?

Boîtier In&Box que l’on insère dans le dos du gilet. (Crédits : Ixon et In&Motion)

S’il est intelligent, l’IX-Airbag U03 est-il pour autant efficace ? La réponse est oui. Le temps de « mise à disposition » d’un airbag correspond au temps de détection de l’accident auquel on ajoute le temps de gonflage du coussin d’air. Pour le IX-Airbag U03, le temps de détection est de 0,033 secondes et le temps de gonflage des coussins d’air est de 0,022 secondes : l’airbag est donc opérationnel et protège le pilote 0,055 secondes après le début de l’accident, soit 55 millisecondes.

Ces valeurs sont excellentes, parmi les meilleures du marché. A titre de comparaison avec les autres airbags autonomes, l’airbag Dainese D-Air est opérationnel en 45 millisecondes (le plus rapide du marché), l’Alpinestars Tech-Air Street l’est entre 55 à 85 millisecondes et le Hi-Airbag Connect entre 104 et 140 millisecondes. Du côté des airbags radiocommandés, le Bering Protect Air est opérationnel au bout de 80 millisecondes. Enfin, les airbags à câble sont les moins performants et sont généralement opérationnels au bout de 100 à 200 millisecondes. Le IX-Airbag U03 possède donc la deuxième mise à disposition la plus rapide du marché. On note surtout des écarts importants, notamment avec les airbags à câble. Cette question de la mise à disposition d’un airbag est importante : lors d’un impact avec une voiture, les recherches montrent que l’impact du motard contre le véhicule s’effectue environ 100 millisecondes après le premier choc de la moto. L’airbag doit donc être opérationnel à ce moment-là. Ces résultats ont été mis en évidence à la fin des années 2000 au sein de l’INRETS (Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité) puis reprises plus tard au sein de l’IFSTTAR (Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux). Cette barrière des 100 millisecondes pose la question de l’efficacité des airbags à câble, dont le temps de mise à disposition n’est peut-être pas suffisant pour tous les types d’accidents. Cette question n’a toujours pas été tranchée d’un point de vue réglementaire puisque la définition des normes de certification des airbags fait toujours débat en France et en Europe.

En attendant les normes, l’efficacité de l’IX-Airbag U03 a été validée par l’organisme professionnel SRA, l’organisme qui labellise également les antivols de deux-roues. Le niveau de classement SRA, de 1 à 5 étoiles, dépend de la performance de protection et du temps de mise à disposition du système en cas d’accident. L’IX-Airbag U03 a obtenu la note maximale de 5 étoiles, une note plutôt rare. Les seuls autres airbags testés par SRA et ayant reçu la note maximale sont les deux airbags radiocommandés, le Bering Protect Air et le Dainese D-Air Street.

L’IX-Airbag U03 est-il pratique ? Ici, on considère deux points : la batterie et la manière de porter l’airbag. Un peu à l’image du mathématicien Cédric Villani, les airbags autonomes passent leur temps à réfléchir et à analyser des données : afin de maintenir leur système en marche, ils nécessitent d’être rechargés. L’IX-Airbag U03 possède une autonomie de 20 heures et sa batterie se recharge en 2 à 3 heures. Chez les concurrents airbags autonomes, l’Alpinestars Tech-Air Street affiche 25 heures d’autonomie pour un temps de charge de 6 heures et le Dainese D-Air possède 24 heures d’autonomie et se recharge en 4 heures. L’IX-Airbag U03 possède donc des performances sensiblement égales à ses concurrents mais il se démarque grâce à son innovation dans la méthode de charge. Le boîtier intelligent In&Box est détachable : à peine plus grand qu’un smartphone, il contient la batterie mais aussi le processeur et les capteurs. Pour recharger l’airbag, il suffit donc de déclipser ce boîtier : il est inutile de transporter tout le gilet devant la prise électrique, comme c’est le cas pour les concurrents. Très pratique lorsqu’il s’agit de recharger dans des endroits avec peu de place ou au travail par exemple ! Concernant maintenant la manière de porter l’airbag, l’IX-Airbag U03 innove. Dans la première partie du dossier, on a vu qu’il existe deux manières différentes de porter un airbag selon les modèles : par dessus le blouson comme une surveste ou sous le blouson pour les airbags dépendants (intégrés comme une couche à l’intérieur du blouson ou à attacher à l’intérieur de modèles spécifiques de blousons). L’IX-Airbag U03 est le pionnier d’une troisième catégorie d’usage : il se porte sous le blouson mais il est indépendant, c’est-à-dire qu’il se porte sous n’importe quel blouson, quelle que soit la marque. Il est le seul modèle du marché qui offre cette adaptabilité. Selon moi, il s’agit de l’une des plus gros atouts de cet airbag.

L’IX-Airbag U03 se porte sous tous les types de blousons. (Crédits : Ixon)

Si tu as l’esprit un peu provocateur, tu peux même porter l’airbag Ixon et In&Motion sous ton blouson Dainese ou Alpinestars ! Cette adaptabilité ne connaît presque pas de limite et Ixon et In&Motion nous rassurent sur ce point : l’airbag peut même être utilisé sous un blouson en cuir sportif porté près du corps. La dynamique de gonflage crée une épaisseur supplémentaire qui est absorbée par l’élasticité des vêtements, même dans le cadre d’un blouson en cuir. La seule limite concerne les combinaisons racing faites sur mesure car elles n’offrent pas assez d’espace pour que le gilet se déploie suffisamment. Quid du sac à dos ? On peut porter un sac à dos même quand on est équipé de l’airbag, mais en respectant certains règles : si le sac à dos ne dispose pas de ceinture lombaire ni de sangle de poitrine, il ne gênera pas le déploiement de l’airbag.

L’IX-Airbag U03 semble donc réunir tous les critères pour bousculer le marché et devenir un airbag de premier choix. Une dernière question se pose, bien évidemment: le prix. Là aussi, Ixon et In&Motion ont décidé d’innover et de surprendre.

Le juste prix

Dainese et Alpinestars nous ont prouvé les premiers que le meilleur de la technologie d’airbag, c’est-à-dire un airbag autonome et se portant sous le blouson, peut sortir du milieu de la compétition pour se retrouver sur la route. Mais le tarif très élevé reste un gros frein : pour rappel, il faut débourser entre 1500 et 2200 € pour s’équiper chez les italiens. Afin d’amener au grand public leur technologie d’airbag présente en compétition et avec un tarif abordable, Ixon et In&Motion proposent une autre approche. Il faut d’abord acheter le gilet Ixon au tarif de 399,99 € et ensuite rajouter le boîtier In&Box de In&Motion puisque l’IX-Airbag U03 se compose de ces deux éléments. Pour le boîtier intelligent, deux solutions existent : un achat direct intitulé « formule Classique » à 399 € ou bien une location intitulée « formule Révolution » à 12 € par mois sans engagement ou 120 € par an. Que le motard achète ou loue le boîtier In&Box, il bénéficie des mêmes mises à jour en continu du boîtier. En revanche, d’autres éléments changent : Ixon et In&Motion veulent clairement orienter les utilisateurs vers la formule de location Révolution qui comporte de nombreux avantages supplémentaires. Dans le cas de l’achat direct du boîtier, l’utilisateur possède une garantie de 2 ans. Si le boîtier est loué via la formule Révolution, l’utilisateur possède une garantie à vie au-delà des 2 ans légaux, un service VIP lui permettant d’obtenir un nouveau boîtier en 72 heures en cas de défaut ainsi qu’une liberté d’arrêter son abonnement pour des périodes de l’année où il ne roule pas à moto s’il prend la formule mensuelle sans engagement. Dernier avantage de la formule Révolution : au bout de 3 années consécutives de location, le motard peut bénéficier d’un changement de boîtier pour la nouvelle génération ou bien racheter son boîtier actuel pour en devenir propriétaire contre 99 €. Pour tout comprendre en un clin d’œil, le système de tarification est résumé dans le tableau ci-dessous.

D’un point de vue absolu, ces formules de tarification représentent bien sûr un investissement. Si on relativise, ces tarifs sont raisonnables par rapport à la concurrence : pour un motard qui envisage de garder son IX-Airbag U03 pendant 3 ans et d’opter pour le système de location à l’année, le coût total est compris entre 759,99 € et 858,99 € : 399,99 € d’achat de gilet + 360 € de location, puis éventuellement 99 € d’option d’achat en supplément si l’utilisateur souhaite acheter le boîtier et arrêter le système de location. Le tableau ci-dessous permet de comparer les coûts sur 3 ans avec les trois formules : achat direct (formule Classique) ou location avec ou sans engagement (formule Révolution).

Ce total représente un tarif plus élevé que les airbags à câble mais pour un produit plus pratique et plus performant. Au niveau de la concurrence directe, le calcul montre que l’IX-Airbag U03 est en moyenne deux moins cher que les airbags autonomes Dainese et Alpinestars et un peu moins cher que l’airbag radiocommandé Bering. Ce prix bien placé est rendu possible tout en s’assurant d’avoir un produit toujours à jour pendant les 3 années et un renouvellement du boîtier au bout de 3 ans si une nouvelle génération est disponible et que l’on continue le système de location. Bref, l’IX-Airbag U03 frappe fort. Le coût de cet airbag peut être considéré comme raisonnable également car le motard sait que l’investissement dans les équipements est une partie inhérente à sa pratique de la moto et il fait généralement les efforts financiers nécessaires dans ce sens. Je vais même jeter un peu d’huile sur le feu, en toute amitié : j’invite ceux qui déboursent entre 500 et 2000 € dans des silencieux ou des lignes d’échappement afin « d’être mieux entendu pour des raisons de sécurité » à réfléchir à deux fois à la question et à mettre ça en perspective avec la sécurité offerte et démontrée par un airbag.

En plus d’innover dans le produit, Ixon et In&Motion nous prouvent que l’innovation peut passer par les méthodes de commercialisation. La période de test grandeur nature a aidé à affiner le système de commercialisation du produit final. Pour en savoir plus, j’ai échangé avec Anne-Laure Hoegeli, Manager de la Communication de In&Motion : « Lors de la campagne de test Airbag Revolution avec 500 motards, nous avons écouté avec attention les retours des utilisateurs pendant plusieurs mois. On s’est rendu compte que le prix élevé des airbags était un gros frein à l’achat pour les motards. Comment faire pour tacler ce problème ? Sur l’IX-Airbag U03, sachant que la partie gilet et la partie boîtier électronique sont différenciées avec deux entreprises, nous avons décidé de mettre en place un système de location pour le boîtier In&Box. Ce système permet d’étaler le coût d’utilisation mais offre également plus de flexibilité. Par exemple, les motards qui ne roulent qu’au printemps et à l’été peuvent recevoir leur boîtier au début du printemps et démarrer leur période de location à ce moment-là. A la fin de l’été, ils gardent leur gilet airbag mais nous renvoient le boîtier In&Box et la location s’interrompt. Les discussions avec nos 500 utilisateurs nous ont également montré qu’une partie des motards n’étaient pas intéressés par la location : ainsi, en plus du système de location, nous avons conservé un système classique d’achat direct du boîtier. »

Avec un airbag au prix contenu et une méthode innovante de commercialisation basée sur la location de la partie électronique de l’airbag, Ixon et In&Motion forcent le marché à bouger, un peu à l’image de l’opérateur Free qui a débarqué sur le secteur des forfaits mobiles en 2011/2012 avec une tarification low-cost et qui a amené les opérateurs historiques à s’adapter rapidement. Sur le marché des airbags, on peut notamment prévoir que les prix des airbags à câble devront être revus à la baisse pour rester intéressants malgré leur niveau de performance plus faible. Les représentants historiques de l’airbag autonome, Dainese et Alpinestars, vont certainement adapter leur offre d’une manière ou d’une autre.

Un œil sur le futur

Transformer un produit ou un service en une plateforme, c’est que cherchent à faire de nombreuses startups des industries technologiques dans le développement de leur activité. Dès le lancement de son premier produit dans le domaine de la moto, c’est l’attitude adoptée par In&Motion. Le fait que le boîtier In&Box soit indépendant du gilet Ixon permet d’autres perspectives d’utilisation pour le futur, comme précisé par Anne-Laure Hoegeli : « On envisage de travailler avec d’autres marques d’équipement moto dans le futur, afin d’intégrer le boîtier In&Box dans d’autres modèles d’airbags. Par exemple, on travaille dans le domaine du ski et notre technologie est intégrée dans les airbags de deux marques, Rossignol et POC. »

Détecter, protéger, s’améliorer : le boîtier In&Box peut-il devenir une plateforme dans le domaine de l’airbag moto ? (Crédits : In&Motion)

L’IX-Airbag U03 et son système de location sont-ils des indicateurs qui s’ajoutent à une nouvelle tendance de société ? Si l’on prend l’exemple du secteur des transports, le succès de services tels que Uber, Blablacar et Autolib pour les voitures et de CityScoot pour les deux-roues montrent une chose : on passe graduellement d’un attachement à la propriété vers une priorité donnée à l’usage. Est-ce que le grand écart peut être fait dans un domaine animé avec autant de passion que la moto, en commençant par les équipements et par l’airbag ?

Révolution chez les airbags moto : une réponse à la rentrée de septembre

Qu’est-ce qu’il faut retenir de ce dossier en deux parties ? Si le premier airbag moto est sorti au Japon en 1998 puis en 2005 en France, c’est surtout les rivaux italiens Alpinestars et Dainese qui ont animé le sujet en termes de recherche et développement dans les années 2000 et 2010, d’abord en compétition puis sur la route. De nos jours, le marché de l’airbag pour les motards sur route présente une offre difficile à lire car très hétérogène en termes de technologies, prix et performances. Mais impossible n’étant pas français, Ixon et In&Motion débarquent dans quelques semaines avec l’IX-Airbag U03 pour mettre tout le monde d’accord. L’IX-Airbag U03 est plus performant et moins contraignant que les airbags mécaniques et radiocommandés. Il est aussi performant et bien moins cher que les airbags autonomes Dainese et Alpinestars que l’on porte sous le blouson, tout en étant moins contraignant que ses concurrents italiens puisqu’il s’installe sous tous les blousons du marché. Sur le papier, l’airbag français semble donc être clairement le meilleur choix pour les motards. Vivement la rentrée pour la sortie de l’IX-Airbag U03 ! Cela permettra de vérifier si Ixon et In&Motion arrivent vraiment à révolutionner le marché avec leur innovation, une innovation qui ne manque pas d’air !

Je me rends compte que je termine ce dossier de la même manière que je l’avais commencé dans la partie 1, avec une blague pas drôle. Je tiens toujours mes promesses : cette fois-ci, je sors.

Nicolas
Nicolas
Je suis convaincu que la passion nous emporte loin...surtout si on y va à moto ! Avec mon supermotard 50 cm3 à mes débuts jusqu'à ma sportive 1000 cm3 aujourd'hui, je roule depuis 15 ans. Je roule en ville et en montagne, sous le soleil et la pluie, sur la route et sur circuit : pour moi, la moto se vit 365 jours par an. Si on partage cette passion ensemble, c'est encore mieux, non ? Alors c'est parti : live, love, ride !
Laisser un commentaire