Bien s'équiperEquipement moto

Passage à l’heure d’hiver : soyons visibles !

cover-haute-visibilite

C’est souvent dans la nuit que les poètes trouvent leur inspiration. Mais quand on est plutôt as du guidon qu’artiste de la plume, ça implique quoi la nuit ? Le passage à l’heure d’hiver est l’occasion de se poser la question.

C’est un sujet qui fait débat en dehors du monde de la moto : à la fin de la semaine, dans la nuit du 27 au 28 octobre, on passe à l’heure d’hiver. En clair, on recule d’une heure, il fera nuit plus tôt, c’est chiant. Quand on est motard, ce passage à l’heure d’hiver signifie une chose : mauvaise visibilité. Cette question de visibilité fonctionne dans les deux sens : tu vois moins ce qui se passe autour de toi et les autres autour de toi te voient moins.

Tu y vois moins : adopte les bons comportements

La règle de base, c’est d’être plus prudent car tes temps de réaction face aux dangers peuvent augmenter lorsqu’il y a peu de lumière. C’est particulièrement nécessaire dans le créneau 17h-19h, où on cumule les risques : 1) ce sont des heures de pointe avec beaucoup de circulation, 2) les usagers de la route sont fatigués après leur journée de travail, 3) la luminosité est faible avec la nuit qui tombe !

Passage à l’heure d’hiver = vigilance, surtout en fin de journée !

Quand tu roules, fais particulièrement attention aux piétons et aux cyclistes : ils sont à la fois les usagers de la route les moins protégés et les plus exposés. D’ailleurs, dans les semaines qui suivent chaque année le passage à l’heure d’hiver, le nombre d’accidents impliquant piétons et cyclistes augmente considérablement, notamment dans le créneau 17h-19h.

En condition de faible luminosité, une astuce simple peut t’aider : garde toujours une lingette en microfibre sur toi pour nettoyer ton écran de casque. Ces lingettes ne prennent pas de place au fond d’une poche de veste ou d’un sac. Pour nettoyer la visière, expire de la buée dessus et frotte avec la microfibre : pas besoin de produit et pas de rayure ! A ce moment-là, un passant pourra avoir l’impression que tu cherches à manger ton casque et je ne te cache pas que tu auras l’air bizarre. Mais 10 secondes plus tard, le passant sera passé.

On te voit moins : c’est le moment de sortir les équipements haute visibilité !

Lorsqu’il fait nuit, il y a des lumières partout en ville : feux des véhicules, feux tricolores, éclairage public, etc. Les « agressions visuelles » sont nombreuses et l’environnement urbain devient difficile à décrypter : dans ce cadre, il est plus difficile de voir les véhicules qui le composent. S’il pleut, avec tous les reflets, c’est encore pire. A la campagne, le problème est inverse mais le résultat est le même : les lumières se font rares et les véhicules sont moins nombreux. Les quelques véhicules plongés dans l’obscurité sont donc difficiles à repérer.

Sur les routes de campagne en situation de faible luminosité, les voitures sont peu visibles… Et les motos le sont d’autant moins !

Dans les deux cas, les motos représentent des gabarits plus petits et projetant moins de lumière qu’une voiture : en conséquence, on les voit moins. Un excellent moyen de devenir plus visible pour les autres usagers de la route quand on roule à moto est d’utiliser des équipements haute visibilité. Si tu veux montrer que tu es à la page, tu peux aussi parler de produits “Hi-Vis” avec tes amis, qui est la forme contractée de l’anglais “High Visibility”. Le principe est simple : ce sont des équipements ou accessoires de couleur fluo et équipés de matériaux réfléchissants.

Quels sont les équipements haute visibilité ?

Les blousons et vestes moto sont souvent l’équipement auquel on pense en premier. Sur les blousons et vestes haute visibilité, les parties fluo sont souvent jaunes (car cela reste la couleur la plus visible) et elles peuvent être plus ou moins grandes, avec différents styles et design. Le haut du dos et les épaules sont souvent privilégiés car ce sont les zones du haut du corps les plus visibles pour les autres usagers. L’offre est large sur ce marché : tu peux retrouver par exemple des vêtements auprès des marques françaises Furygan, Bering et Ixon, mais aussi chez les italiens d’Alpinestars ou encore Icon, la marque américaine avec un design tranché.

Si tu ne veux pas remplacer ton blouson, une alternative est d’enfiler un gilet haute visibilité par dessus ton blouson : des gilets basiques à des gilets haut de gamme étudiés spécifiquement pour la moto, tu trouveras plusieurs modèles. J’en profite d’ailleurs pour te rappeler qu’un gilet de sécurité (basique ou pas) est obligatoire depuis le 1er janvier 2016 pour tous les véhicules : même quand tu roules à moto, tu dois en posséder un avec toi. Tu n’es pas obligé de rouler en le portant tous les jours, mais tu devras le mettre en cas de danger, panne ou accident par exemple.

Une autre option est d’utiliser des équipements de pluie ! En plus de la nuit, la pluie aussi implique des mauvaises conditions de visibilité, ce pourquoi les équipementiers transforment souvent leurs équipements de pluie en produits haute visibilité. Même s’il ne pleut pas, une veste de pluie peut-être utilisée en surveste pour protéger du vent. Tu pourras trouver différentes configurations selon tes besoins : veste et pantalon en deux pièces séparées ou combinaison une pièce.

Enfin, le casque peut également se transformer en équipement haute visibilité. Dans les couleurs fluo, tu auras généralement plus de choix que sur les blousons et vestes en retrouvant du jaune bien sûr, mais également du orange, du vert et même du rose !

D’autres astuces pour être « hautement visible »

En plus des équipements que tu portes sur toi, tes bagages peuvent également être des produits haute visibilité. Chez la marque Ubike, tu trouveras par exemple différents sacs à dos ou sacoches de selle haute visibilité, en jaune fluo ou orange fluo. Si tu hésites entre vêtements ou bagages haute visibilité, Icon a la réponse : la marque américaine – toujours dans sa volonté de se démarquer avec des produits atypiques et innovants – a créé le Squad II, un sac à dos moto unique en son genre. Disponible notamment en jaune fluo et orange fluo, c’est un peu l’extraterrestre des sacs à dos : inspiré des équipements militaires, le Squad II possède un harnais et des sangles de maintien aux épaules, le tout en haute visibilité.

Pour être hautement visible, tu peux aussi choisir, ou pas, la solution ultime : 100% fluo comme les forces de l’ordre !

Pour te rendre visible à moindre coût, tu peux te procurer des autocollants réfléchissants à coller sur ton casque ou ta moto. Est-ce que tu connais VFluo ? C’est une marque française fondée en 2012 et qui fait beaucoup parler d’elle dans le domaine de la sécurité moto. En fait, VFluo fabrique des autocollants qu’on peut presque considérer comme magiques : les autocollants sont noirs pour être discrets mais ils sont réfléchissants à la lumière des phares ! Chez Chaft, tu peux même mettre trouver des autocollants réfléchissants à placer sur tes roues, disponibles en plusieurs couleurs réfléchissantes (blanc, rouge, bleu). En étant créatif, tu peux donc adapter tous ces autocollants à tes besoins et les rendre très discrets.

Pour terminer, je te laisse avec deux autres conseils qui peuvent paraître évidents mais qui sont pourtant fondamentaux : d’une part, évite de rester dans les angles morts des autres véhicules, notamment les voitures et les camions, tu en seras d’autant plus visible. D’autre part, surveille l’état de tes feux avant et arrière : une ampoule, ça ne coûte pas très cher et ça se change facilement.

 

On continue de rouler !

En conclusion, ce n’est pas parce qu’on passe à l’heure d’hiver qu’il faut arrêter la moto. Il faut juste s’adapter intelligemment pour évoluer en sécurité. La passion de la moto ne s’arrête pas et on continue de rouler !

Nicolas
Nicolas
Je suis convaincu que la passion nous emporte loin...surtout si on y va à moto ! Avec mon supermotard 50 cm3 à mes débuts jusqu'à ma sportive 1000 cm3 aujourd'hui, je roule depuis 15 ans. Je roule en ville et en montagne, sous le soleil et la pluie, sur la route et sur circuit : pour moi, la moto se vit 365 jours par an. Si on partage cette passion ensemble, c'est encore mieux, non ? Alors c'est parti : live, love, ride !
Laisser un commentaire