Bien s'équiperCasque moto

Quand et pourquoi remplacer son casque moto ?

Quand-et-pourquoi-remplacer-son-casque-moto

Quand changer son casque de moto ou scooter ? Question que tu t’es peut-être déjà posée après avoir fait tomber ton casque ou peut-être parce que tu ne te rappelles même plus depuis quand tu le portes ! Il y a des raisons évidentes de le changer et d’autres un peu moins, alors pour que ton casque soit toujours à même d’assurer ta sécurité, voici quelques éléments de réponse.

Changer de casque moto tous les 5 ans : légende urbaine ?

Il n’y a aucune obligation légale de changer ton casque. Pour faire simple, tu n’es pas amendable si ton casque a plus de 5 ans. Évidemment, la fréquence à laquelle tu vas changer va dépendre de ton utilisation : si tu le portes tous les jours ou 15 fois par an, la durée de vie de tous les éléments qui le composent est considérablement différente.

Mais il est vrai qu’on entend bien souvent qu’il est conseillé de le changer tous les 5 ans. Mais d’où vient cette durée de validité ? Il s’agit surtout du fait que les anciens casques étaient facilement attaqués par les UVs, la coque devenant plus fragile voire très fragile en cas de choc. Ce n’est plus d’actualité aujourd’hui mais cette « date limite d’utilisation » est restée, sans doute parce que de nombreux fabricants proposent une garantie de 5 ans sur leurs casques. 

Si tu ne sais plus depuis combien de temps tu as ton casque, avant de te mettre à la recherche du ticket de caisse ou facture qui doivent être « quelque part par-là » (et si toutefois tu les as gardés), tu peux tout simplement regarder à l’intérieur, parfois sous les mousses escamotables, tu y trouveras sa date de fabrication. 

L’usure de ton casque

Alors certes, rien de t’oblige à changer de casque passé le cap des 5 ans, mais décider de le changer est une affaire de bon sens ! Si tes mousses sont abimées, que ta visière ne tient plus ouverte ou que ta boucle de fermeture ne tient plus très bien, il est temps de le remplacer. Et attention, si tu es un gros rouleur, il ne faut pas partir du principe que ton casque gardera toutes ses qualités pendant 5 ans ! A toi d’être vigilant et prendre les devants pour éventuellement faire marcher la garantie du fabricant. Et oui, pas besoin de changer de casque complet au moindre signe d’usure, tu peux (pour la plupart des fabricants), changer uniquement les éléments qui commencent à faire défaut comme les mousses tassées qui ne reprennent pas leur volume initial même après lavage. 

La chute  

Si tu fais maladroitement tomber ton casque d’une hauteur de selle, ce genre de petite chute ne t’oblige pas forcément à le changer, mais attention toutefois car même une chute comme celle là peut engendrer des dégâts. Il se peut que ta coque soit fragilisée et qui dit fragilisée dit protection amoindrie. Et même si tu ne le vois pas de l’extérieur, à l’intérieur la moindre fissure aura un impact sur ta sécurité. Les professionnels ne prendront aucun risque sur le sujet et te conseillerons systématiquement de le changer.

Attention à ce que cela ne devienne pas une habitude, son casque on en prend soin, et on ne le pose pas en équilibre précaire sur sa selle ! Il sera bien mieux posé par terre (sur tes gants) ou bien calé sur un de tes rétros.

Si tu chutes avec ton casque, là c’est différent et la question ne se pose pas si le casque a tapé et présente des marques : le casque a absorbé le choc et même si ton casque te semble OK, des déformations peuvent ne pas être visibles extérieurement. 

Le casque est conçu pour résister à un seul impact ! La mousse qui forme sa calotte va se déformer pour absorber le choc et ne pourra plus assurer aussi bien son rôle si un nouveau choc devait survenir à cet endroit. Si tu trouves que ton casque ne porte que peu de marques extérieures de l’impact, n’hésite pas à le démonter pour l’inspecter de l’intérieur. Tu verras peut-être des déformations que tu ne voyais pas de l’extérieur. Mais quoiqu’il en soit, même si ça te fait mal au cœur de changer un casque qui en apparence à peu de stigmates, n’hésite pas à changer, surtout que l’on a souvent du mal à se rappeler sa chute, ta tête a peut-être tapé plus fort que ne le laisse croire l’état de ton casque. 

Entretenir ton casque moto 

Pour le lavage de tes mousses, tu peux opter pour un lavage à la main, à l’eau tiède, dans une bassine avec du savon de Marseille. Tu peux aussi les mettre dans ta machine à laver en choisissant  un programme délicat et une température maximum de 30°C mais attention, si ton intérieur comporte des éléments en cuir, la machine est à proscrire !

Transpiration, pollution, graissage des cheveux ont tendance à salir l’intérieur de ton casque. Si tu veux pouvoir jouer les prolongations avec ton casque, il est donc indispensable de bien l’entretenir, au même titre que ta moto ! L’essentiel réside dans le lavage régulier de tes mousses qui éviteront ainsi de se tasser. Pour un guide pas à pas du nettoyage de ton casque, je t’invite à lire cet article.

Quelques astuces pour augmenter la longévité de ton casque moto

Premier conseil, n’achète jamais un casque d’occasion qui a déjà été porté : tu ne connais pas son histoire et tu réduis de fait sa longévité. Choisis également un casque homologué avec la norme ECE-2205 (numéro présent sur la jugulaire), qui t’assure que ton casque a passé avec succès une série de test le mettant à mal et qu’il est ainsi conforme à la réglementation Européenne.

Autre conseil, quand tu n’utilises pas ton casque, range-le dans un endroit sec et évite de laisser tes affaires (gants, tour de cou) dedans quand il est entreposé car ces derniers peuvent être humides et sales (transpiration, humidité liée à la respiration dans le tour de cou, poussières, insectes, graisse sur les gants…). Et utilise aussi souvent que possible la housse de casque pour le ranger en laissant entrouverte ta visière. 

Enfin, si tu choisis de faire personnaliser ton casque, et même si tu es le roi du pinceau ou des bombes de peintures, passe par un peintre professionnel qui a de l’expérience. Certaines substances peuvent venir endommager la coque et donc réduire sa solidité et son efficacité.

Lucile
Lucile
Passionnée de 2 roues depuis ma plus tendre enfance, j’ai passé mon permis gros cube à 21 ans et écumé les routes de ma Haute-Savoie natale et alentours pendant plus de 10 ans avant de me résoudre à un constat réaliste : essayer de prendre les points de corde sur route est un jeu dangereux pour lequel les cartes "chance" distribuées sont limitées... C’est ainsi que je me suis retrouvée sur piste en 2013 avec mon conjoint lui aussi passionné ! Et autant vous dire que le virus a vite pris et c'est même transformé en passion commune !!! Aujourd’hui ma pratique de la moto se limite à la piste en roulages libres et également compétitions, tout en restant une adepte du 2 roues pour les déplacements pro… Mais en scooter ! A travers mes articles, je tacherai donc de mettre à profit mes compétences de professeur (mon métier) et de motarde/pistarde au service d’articles variés pour te partager mes expériences, connaissances, conseils et astuces !
Laisser un commentaire