Bien s'équiperEquipement moto

Quel blouson moto choisir pour l’hiver ?

blouson-moto-hiver-lequel-choisir

Bonjour à toi, courageux motard de la saison hivernale !

Dans un des derniers articles nous avons abordé l’utilité des gants chauffants et aujourd’hui, on va s’intéresser aux blousons moto “spécial hiver”, pour rester bien au chaud.

Sont-ils vraiment plus chauds ? Comment bien le choisir ? A quels détails faire attention ?

Dès que les températures sont basses, si tu te gèles dans ton beau blouson en cuir, rassure toi c’est plutôt normal. Le cuir n’est pas un bon isolant thermique et en plus, s’il est micro perforé, il laissera passer l’air froid comme une passoire. Brrrr…. Tu auras beau empiler les couches de vêtements et te retrouver engoncé dans ton cuir, rien ne sera jamais aussi efficace qu’un blouson spécifique, adapté aux trajets dans le froid.

Idéal pour rester au chaud en hiver, et également bien appréciable si tu es un peu frileux le reste de l’année.  

En général, le blouson hiver est en textile, avec une membrane extérieure imperméable et une doublure intérieure chaude.

Mais quels sont les critères à prendre en compte pour bien le choisir ?

Premier critère du blouson moto d’hiver : l’imperméabilité

Si l’on a, bien évidemment, besoin de rester au sec en cas de pluie, c’est aussi pour la protection au vent glacial que l’imperméabilité est indispensable. 

Des membranes comme la très connue Gore-Tex assureront parfaitement ce rôle. Mais les marques comptent maintenant souvent leur propre membrane imperméable, comme D-Dry (Dainese), Drystar (Alpinestar), BW2 Tech (Bering), etc.

Si tu as un doute sur la membrane utilisée et sa qualité, vérifie sur l’étiquette ! L’unité de mesure de l’imperméabilité d’un vêtement est le Scmherber. On considère généralement qu’un vêtement est totalement imperméable à partir de 20 000 Scmherber mais un résultat de 10 000 Scmherber est déjà gage d’une imperméabilité très efficace !

N’oublie pas que même s’il doit être imperméable, ton blouson doit aussi être respirant pour évacuer efficacement l’humidité générée par ton corps (entend par là : ta transpiration). Mais en général, les membranes utilisées aujourd’hui pour la fabrication des blousons (à partir du milieu de gamme) sont aussi étanches ET respirantes. 

Deuxième critère du blouson hiver : la protection thermique 

C’est là que la doublure est à passer à la loupe ! Privilégie les doublure intégrales, avec manches. Là aussi, certains matériaux ont fait leur réputation : Primaloft, Thinsulate, Bemberg. Tu peux avoir confiance en leur réputation. 

La qualité d’isolation d’une doublure se mesure au grammage (nombre de grammes par mètre carré). Plus il est élevé, plus ça tiendra chaud ! Selon les modèles, l’épaisseur et le grammage de la doublure peut varier selon les endroits du corps (manches, torse, etc.)

Pour que l’air froid ne rentre ni par les poignets ni par la taille, choisis ton blouson d’hiver avec des serrages au niveau de la taille et des poignets. Certains modèles ont même des manchettes élastiques au bout des manches permettant d’y glisser tes pouces et évitant que l’air froid n’y rentre! 

Pour ma part, j’aime bien les modèles un peu longs qui couvrent bien le bas du buste voir une partie des jambes.

Aussi, vérifie bien que le col est assez montant et matelassé. Mais attention à ce qu’il ne t’étrangle pas une fois fermé intégralement !

Dernier point pour assurer une bonne étanchéité à l’air : la présence d’un rabat intérieur, sur toute la hauteur, derrière la fermeture éclair.

Troisième critère du blouson pour l’hiver : le look

Alors là, même dans la gamme hiver, il y en a pour tous les goûts ! Coupe droite ou cintrée, avec ou sans capuche, mélange de matières, discret ou coloré, etc. Chacun trouvera chaussure à son pied… heu non, blouson à sa taille !

Voici quelques exemples de modèles proposés par iCasque dans différents styles :

Quatrième critère : le confort

Là, on va regarder des détails qui vont te faciliter la vie au quotidien de l’utilisation du blouson et améliorer ton confort :

  • le nombre de poches et leur localisation. Sont-elles étanches ? Ton smartphone te remerciera 🙂 
  • la présence de soufflets d’aisance, surtout au niveau de la taille si le blouson est un peu long
  • les zones en élasthanne (attention ici à conserver l’étanchéité) pour plus de souplesse et de liberté sur la moto
  • les réglages possibles : aux poignets, à la taille, des zip d’aérations, etc.
  • possibilité de lier le bas du blouson à un pantalon pour qu’il ne remonte pas en position de conduite, et que l’air froid ne rentre donc pas ! 

Et toujours la sécurité !

On cherche à avoir un blouson qui va nous garder au chaud mais on ne néglige pas sa sécurité ! Vérifie que tu as des protections aux coudes et aux épaules et qu’une poche pour une dorsale amovible est présente. 

En général, la dorsale n’est pas vendue de série avec le blouson mais pour quelques euros supplémentaires, ton dos sera protégé : https://www.icasque.com/Equipement-moto/Blouson-Moto/hurricane-black-fluo-green.html

La présence d’éléments réfléchissants est un plus. Surtout qu’en hiver, le soleil est plus rasant et la nuit et le crépuscule arrivent plus vite !

Un blouson versatile et modulable ?

Pour pouvoir également utiliser ton blouson hiver à mi saison, dans d’autres conditions météo et température, il est intéressant de le choisir avec une doublure interne amovible. S’il commence à faire trop chaud, hop, on enlève la doublure ! 

Avant d’acheter un blouson qui possède une doublure amovible, enlève celle-ci et enfile-le pour vérifier qu’il est toujours ajusté à ta taille et qu’il reste confortable. 

Certaines marques proposent même des doublures utilisables indépendamment.

Et pour compléter mon blouson ?

Voici quelques accessoires qui complèteront bien ton blouson hiver : 

  • Le tour de cou : pas question de laisser entrer l’air froid par ici ! Choisis un modèle épais, montant jusqu’au nez, étanche mais respirant.
  • Le sous-vêtement technique : Les marques ont une gamme complète de maillots thermiques à manches longues, afin d’optimiser la rétention de chaleur corporelle.
    Avantage : tu pourras t’en servir au ski 😉
Charlotte
Charlotte
Ingénieure en informatique mais surtout motarde passionnée, cavalière, snowboardeuse et très sportive au quotidien! Je suis une hyperactive qui ne s’arrête jamais et ne lâche rien ! J’ai passé mon permis moto sur le tard, en Janvier 2014, et quelques mois après je découvrais la piste par curiosité lors d’une journée loisir avec ma première moto. Il aura suffit d’une fois pour que je devienne accro! Depuis, j’ai progressé participant à de nombreuses journées loisir, stages et coachings sur des circuits découverts partout en France et en Espagne. Pour 2018, j’ai décidé de franchir le pas du monde de la compétition! A travers mes articles je tenterais de te donner un max de conseils et te ferais partager mon expérience de la moto sur piste.

2 commentaires

  • Bonjour
    Au sujet des gants chauffants c’est bien en théorie en pratique c’est plus discutable
    J’en ai eus trois paires de marque différentes toute ont une faible autonomie réelle environ deux heures et une fiabilité dans le temps aléatoire même en étant soigneux Personnellement j’ai désormais renoncé et adopte les manchons véritable protection thermique permettant l’utilisation de gants normaux et non d’hiver et donc un meilleur touché des commandes De plus ce n’est pas inesthétique et plus sécuritaire pour la protection des mains et la visibilité est renforcée par des marques réfléchissantes

Laisser un commentaire