Carnet de bordConseils motoDébuter la moto

Bien préparer son voyage à moto

paysage-moto

Partir pour un trip à moto, qui n’en a pas rêvé ? Sans parler de suite de la mythique Route 66, même un voyage de 2-3 jours autour de chez toi demande un minimum d’organisation pour que le trip ne se transforme pas en pure galère et pour pallier au mieux aux imprévus.

Et oui parce que, à moins que tu sois un aventurier chevronné et que tu puisses te permettre de partir sur un coup de tête parce que tes sacoches moto sont toujours prêtes, il vaut mieux consacrer un peu de temps à la réflexion de ton projet de voyage. Voici les points majeurs qui vont influer sur ton organisation :

  • Le lieu : tu t’en doutes, l’organisation ne sera pas la même si tu pars de chez toi ou si ton point de départ est à distance de ton garage. Évidemment, le lieu va aussi avoir une grande importance sur l’équipement pilote que tu devras emmener avec toi. Entre l’Irlande et la Sardaigne, il y a une différence de quelques centimètres de pluie !
  • La durée : ce paramètre va grandement influencer ton chargement.
  • Le style de roadtrip : en autonomie « mode campeur » avec tente, sac de couchage et réchaud sur le dos ou plutôt luxe style « Bed and Breakfast » tous les soirs ?
  • En solo, en duo ou a plusieurs : un voyage à 2 ou plus ne se conçoit pas de la même façon qu’un voyage en solo !

Où partir et comment faire son roadbook ?

Tu as en tête de faire les grands cols des Alpes, le sud de la Corse ou le tour du Cantal en moto ? Ou alors tu veux partir mais ne sais pas encore où ? Regarde dans un premier temps du côté des roadbooks déjà tout faits disponibles sur internet pour, soit les reproduire, soit t’en inspirer.

Rien n’existe ou tu ne trouves pas ton bonheur ? Utilise alors des sites comme Via Michelin pour tracer ton propre itinéraire. Quelle que soit l’option choisie, et même si tu choisis de suivre un roadbook déjà tout fait, assure-toi que le nombre de kilomètres prévus par jour est réaliste en fonction de ta moto, ton envie de te tanner les fesses ou non 6h par jour sur ta selle, la patience (et l’expérience) de ton duo si tu pars accompagné(e) et tes capacités tout simplement ! Si tu enchaines des routes sinueuses en sportive, ta tolérance face au nombre de kilomètres à avaler va surement être moindre que sur un trail routier ! Sur des routes nationales et départementales, compte une moyenne de 60-70km/h pour être tranquille, si la route est sinueuse, descend cette moyenne à 40-50 km parcouru par heure.

Mon conseil, si tu n’as pas une moto routière ou trail (ou au moins une selle confort), et que tu souhaites enchainer plusieurs jours, limite-toi à environ 200-250 km par jour. Passe du temps sur ton roadbook et définis des points d’arrêts, de visite et même de ravitaillements essence ! En bref, prévois à l’avance le plus possible ton trajet.

Partir à plusieurs

Si vous partez à plusieurs, sur différents types de machines et avec un niveau d’expérience différent, calez vous sur le rythme du plus lent pour prévoir la longueur de vos étapes !

Assurez-vous que vous avez bien les mêmes envies : dormir dans le premier hôtel venu, visiter tel monument, passer par des cols à 3000m où la neige n’est pas loin, rouler même s’il pleut… Rouler ensemble sur des balades journalières ce n’est pas la même chose que partir en roadtrip ! C’est évidemment une bonne première façon d’apprendre à se connaître et de prendre de bonnes habitudes, mais il va falloir vous rassembler avant pour mettre les attentes de chacun sur la table !

Et attention si l’un de vous roule sur un supermotard, son dé à coudre qui lui sert de réservoir vous obligera à faire des pauses essence plus souvent ! Le genre de chose qu’il faut prévoir si vous vous lancez sur des routes de montagnes pendant 200 km.

L’idéal également pour faciliter la communication est d’investir dans des Intercoms, ainsi pas besoin de faire l’Indien sur sa moto à essayer de faire comprendre son besoin urgent de faire une pause pipi… Pour te garantir que cela se passe bien, je t’invite à relire mon article sur comment rouler en groupe.

Où dormir ?

Tu peux regarder à prévoir tes haltes dans des relais motards, accueil convivial de mise et parking privé spécial moto histoire que tu dormes tranquille ! Si il n’y a pas de relais motard proche de ton lieu de stop pour la nuit, renseigne toi au moins sur le fait qu’il y ait justement un parking privé (couvert si possible).

Pour l’option camping sauvage, le trail sera ton compagnon de voyage idéal pour pouvoir accéder aux lieux de camping et pour sa capacité de chargement optimale. Quant à l’organisation de ce genre de trip version « into the wild », il demande un article dédié et je ne m’épancherais pas trop sur ce type de préparation ici.

Si tu as bien préparé ton roadbook, tu as pu réserver à l’avance tes nuitées et je ne peux que te conseiller de procéder ainsi, ça t’évitera la galère de la recherche d’un hôtel parce que tout est plein ! Tu sais ce moment ou t’as juste envie de te poser, enlever le blouson qui colle, mais non, il faut que tu tournes pour trouver ou dormir…

Équiper sa machine

Si tu pars pour seulement 2-3 jours, et même si toutes tes affaires rentrent dans un sac à dos, je te conseille soit d’investir dans des sangles pour arrimer ton sac à dos à ta selle passager (si évidemment tu n’es pas accompagné), soit d’investir dans une sacoche de réservoir. Tu apprécieras de ne pas supporter le poids de ton barda sur tes épaules !

J’ai personnellement un faible pour la sacoche de réservoir car tu peux bien souvent placer une carte routière dans un emplacement spécial étanche consultable facilement, et toutes tes affaires sont à disposition comme ta carte bancaire pour l’autoroute ou le plein d’essence. Il en existe de différentes tailles qui te permettent de prendre déjà pas mal de choses et ne gênent pas à la conduite.

Si tu pars pour plus longtemps, n’oublie pas que le poids est ton premier ennemi, une cause évidente de désagréments. Voyager léger fait partie du plaisir à moto mais si la sacoche de réservoir et le sac à dos sur la selle passager ne suffisent plus, il va falloir regarder du côté des valises et du top-case. Et je te conseille de d’abord regarder du côté des valises afin d’éviter de positionner du poids en hauteur sur ta moto, ce qui peut avoir une incidence sur son comportement.

Range tes affaires et trousse de toilettes dans les sacoches latérales (emballées dans des sacs poubelles pour les protéger de la pluie), et essaie de placer les choses lourdes dans la sacoche de réservoir (proche du centre de gravité de la moto), ainsi que celles de première utilité, comme :

  • Ton U ou bloque disque 
  • Une petite bouteille d’eau 
  • Une bombe anti crevaison / un kit de réparation tubeless 
  • Un ruban adhésif « américain »
  • Des bouchons d’oreille, pour éviter les acouphènes des longs parcours 
  • Un outil multifonction 
  • Ton chargeur de portable 
  • Une combinaison de pluie 
  • Un sac poubelle pour y emballer des objets en cas de pluie 
  • Un t-shirt de rechange 
  • Des chiffons ou au moins des mouchoirs
  • Une trousse à outils (si tu as enlevé ta trousse à outils de son emplacement)
  • Une trousse à pharmacie (même minimaliste avec du Paracétamol, pansements et antiseptique. Attention si tu es allergique aux guêpes à bien avoir ce qu’il faut sur toi… Elles aiment bien rentrer dans les vestes entrouvertes et les casques à la visière relevée !)
  • Ton portefeuille avec tes papiers (permis, assurance, carte grise, carte de groupe sanguin et constat) et carte bancaire accessibles facilement. N’hésite pas à faire une photocopie de tes papiers et à les mettre dans un autre endroit
  • Un second écran de casque, pour le roulage de jour ou de nuit si tu n’as pas d’écran solaire escamotable
  • Tes lunettes de soleil / casquette 
  • Ton itinéraire, en plus du GPS si tu en as un (au cas où la technologie te lâche…).

Si tu ne veux pas t’embêter avec une carte dont la lecture est peu aisée en conduisant (sic !), regarde du côté des GPS ou utilise ton téléphone avec un support adapté. Attention cependant, il n’y a que les motos haut de gamme pour offrir une prise USB de série pour charger en continu ce genre d’appareil, donc si tu n’en es pas pourvu, pense à partir sur la route avec 100% de batterie et à le recharger dès que tu fais une halte dans un bistrot. Sinon, tu peux réfléchir à installer une prise type « allume-cigare » sur ta machine, opération simple et peu couteuse que tu te féliciteras d’avoir fait une fois que tu y auras gouté !

Enfin, aller faire un petit tour avec la moto chargée, pour la prendre en main la veille du grand départ, est loin d’être une mauvaise idée…

Équiper le pilote

Bien évidemment, en plus de ta tenue complète (casque-gants-dorsale-veste moto-pantalon/jean moto-bottes) que tu portes déjà tous les jours (n’est-ce pas ?), il va falloir prévoir des extras comme une combinaison pluie (qu’il veut mieux toujours laisser dans le fond d’un sac), un tour de cou et des sous-vêtements thermique plus ou moins chaud.

Si tu portes un pantalon en cuir typé racing, n’hésite pas à mettre un collant dessous pour gagner en confort. Et si tu prévois de faire des longs trajets régulièrement, oriente ton choix vers des vêtements touring. Ils seront bien plus confortables et ont été imaginés pour te faciliter la vie durant tes voyages (nombreuses poches, veste avec membrane étanche amovible, pantalon avec doublure thermique amovible, etc).

Vérifier sa machine

Et avant de partir, on vérifie bien évidemment le parfait état de sa moto (mais pas la veille au soir) !! La première chose est de t’assurer que tes pneus sont en bon état; évite de prendre la route si tu as sorti le pied à coulisse pour t’assurer qu’il te reste bien 1mm de témoin (la limite légale autorisée). Vérifie également leur pression et ajuste-là avant de partir.

Ensuite, jette un coup d’œil à ton niveau d’huile, l’état de tes plaquettes de freins et de celui de ton kit chaîne : tension, réglage et graissage à prévoir avant le départ. Porte également une attention particulière à tes suspensions et si tu peux les régler, fais-le en fonction de la charge supplémentaire prévue afin d’assainir l’assiette de ta moto suite au chargement.

Fais également le tour des organes de sécurité : klaxon, clignotants, phares qu’il faudra peut-être régler également en fonction de ton chargement.

Vérifier ses papiers et son assurance

Si tu n’es plus très sûr des garanties que tu as souscrites, fais le point sur ton contrat d’assurance et vérifie les garanties incluses, pour un voyage en France ou à l’étranger. Cela permet de bien connaitre ses droits et de souscrire à des options complémentaires si nécessaire (exemple : dépannage).

Le roadbook est prêt, le pilote, les valises et la moto aussi ? Tu as tout compris, la moto est définitivement un outil formidable de découverte et propice aux rencontres ! 

Lucile
Lucile
Passionnée de 2 roues depuis ma plus tendre enfance, j’ai passé mon permis gros cube à 21 ans et écumé les routes de ma Haute-Savoie natale et alentours pendant plus de 10 ans avant de me résoudre à un constat réaliste : essayer de prendre les points de corde sur route est un jeu dangereux pour lequel les cartes "chance" distribuées sont limitées... C’est ainsi que je me suis retrouvée sur piste en 2013 avec mon conjoint lui aussi passionné ! Et autant vous dire que le virus a vite pris et c'est même transformé en passion commune !!! Aujourd’hui ma pratique de la moto se limite à la piste en roulages libres et également compétitions, tout en restant une adepte du 2 roues pour les déplacements pro… Mais en scooter ! A travers mes articles, je tacherai donc de mettre à profit mes compétences de professeur (mon métier) et de motarde/pistarde au service d’articles variés pour te partager mes expériences, connaissances, conseils et astuces !
Laisser un commentaire